-5°C + 5 Grognards

Il était moins une que nous nous retrouvions à deux . C’était sans compter sur la chance (pour nous) ou le malheur pour trois autres de nos compagnons de route (sortie ski annulée). C’est donc, bien emmitouflés,  que nous partons sous un beau soleil. Pas de crainte des sols gelés et blancs de givre qui se succèdent jusqu’au lavoir de Fontaines. Arnaud, en mode lièvre, se sent pousser des ailes et gravit les premiers mètres de dénivelé en tête. Quand on emprunte le goulet de galets pour monter sur le plateau, le pilotage reste un must. La descente par Fleurieu reste bonne avec une prise de vitesse possible. Une pause est réclamée par Christian qui souhaite absolument tester sa nouvelle outre d’eau. Après plusieurs tentatives infructueuses, on décide de ne pas s’attarder. Une fois traversé le pont de Neuville, les choses sérieuses se dessinent avec l’attaque des Monts. On prend par Albigny, le château pour rejoindre le Thou. Une seconde pause permet de vérifier que Kinou avait manqué d’air pour aspirer correctement son eau. Ouf, il ne sera pas sans liquide pour étancher sa soif de revanche ! C’est un régal que de bien accrocher sur des terrains gelés, avec le bruit de l’herbe froissée sous nos pneus emplis de neige cristalline. Les efforts  se font sentir. C’est alors que Sandy, dit le requin des Monts d’Or, décide de pousser sa machine et de donner le tempo en tirant ses deux rémoras Christian et moi jusqu’à la croix Vitaise. Le rythme est bon, régulier et rapide. Pas assez rapide au gout d’Hervé qui comme de rien avale cette portion sans broncher (je veux dire sans ronchonner, car il aurait préféré utiliser un vrai tire-fesse). Arnaud, à ce stade donne quelques signes de fatigue. La grimpette au sommet reste agréable avec une fréquentation des grands jours. Hervé touche le poteau en premier une fois de plus et en profite pour admirer la vue. Pendant la pause casse-croute, j’en profite pour découvrir un VTT hybride. C’est un modèle semi-rigide, avec transmission par courroie crantée et boite de pignons (18 rapports) avec changement des vitesses par poignée tournante. Bon, Guy serait là, il dirait qu’il n’y a apparemment aucun avantage à ce type de machine car la boite pèse (à elle seule 2,7 Kg). Soit, après ce bref intermède, on décide redescendre par une variante que j’affectionne particulièrement et destinée à donner du plaisir à tous. Christophe apprécie ses pneus larges et prend de plus en plus d’assurance dans ce single bien exposé et extrêmement varié.  On débouche au pont de Couzon et finissons le parcours en remontant par le pépiniériste habituel. Arnaud, qui n’a plus de jus, a dut se résoudre à redevenir une tortue… J et apprécie que la charge à 50% du VAE le pousse un peu pour ce dernier tronçon. On lâche notre ami du camp pour rentrer au village. Il est 12h15 quand on se quitte et toujours moins 5° au thermomètre. Comme dirait Arnaud, on a fait que 30 kms avec 760 M. D+, mais nous avons notre compte pour aujourd’hui. Et dire que certains ont participé à la VTT Truffe avec à la clé une bonne soupe chaude !  A dimanche prochain, qui semble être un copier-coller d’aujourd’hui.

article rédigé par Fabrice

vtt_22_01_2017

30 km – 760 m D+

Publicités
Cet article a été publié dans Actus de la semaine, VTT. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s