Fogday, Sunday, Emmerday

Eh oui, les dimanches se suivent et se ressemblent. Nous avons à nouveau du brouillard avec en plus ou plutôt en moins une température de -3.5°. Sur la place du village, aucun coureur n’est présent. Ils sont encore ou déjà dans leurs lits.

Pour certains ils viennent de terminer la Saintexpress, une course de plus de 40 kms (félicitations). Cette course aurait pu s’appeler la mi Saintélyon ou la fameuse boue trail de Saintémilyon. 

Pour les vététistes, on note le retour annoncé de Dom Ros et l’arrivée d’Arnaud sur son tandem. Hervé 2 a renouvelé sa période d’essai, après le test du 27.5+ de la semaine dernière, il s’est porté volontaire pour vivre une expérience à deux.

Nous sommes donc 9 vélos et 10 vététistes. Nous décidons d’aller dans les Monts d’Or pour chercher le soleil et nous réchauffer un peu. La descente vers la Saône est glaciale et toutes les techniques sont bonnes pour se protéger du froid (taper dans les mains, secouer les mains, rouler les mains dans les poches …). Nous longeons la voie ferrée et c’est l’occasion de constater que pour le passage des barrières en tandem il vaut mieux être deux. Puis nous montons par le cimetière de Saint Romain, le tandem fait la course en tête (le VAH – Vélo à Assistance Hervé fait mieux que les VAE).

Dom commence à tirer la langue.

Puis les premiers ennuis commencent, les chaînes du tandem déraillent, la boue encrasse les galets. Puis dans un raidillon, la roue libre du tandem rend l’âme.

Il faut se rendre à l’évidence, le retour en se laissant descendre jusqu’à la Saône est la meilleure solution. Dom se dévoue pour accompagner le tandem et écouter sa reprise. La bande des 7 continue l’ascension sous le soleil puis décide compte tenu de l’heure de redescendre. Avant de redescendre on regonfle le pneu arrière de Jean-No mais au bas de la descente, le pneu est à nouveau dégonflé. Jean-Luc qui a des contraintes horaires nous abandonne. La bande originale de 10 ne se retrouve qu’à six (sans dos d’âne). En dévissant le bouchon la valve se dévisse aussi mettant complètement à plat le tubeless. Impossible de regonfler, on met une chambre, on regonfle sans succès, la chambre était percée.

C’est vraiment la poisse, pas de doute on est bien emmerday. On change de chambre (c’est une histoire à dormir debout), cette fois, c’est la bonne. 

Retour au village par la montée des chevaux. Petite sortie de 25 kms et 450 de D+.

 René

 

Note de Vincent : pas de photo cette fois ci, elles auraient été de toute façon toute blanche !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :